Championnats du monde du foutage de gueule: premières sélections.

Internaute,

Loin de moi l’idée de faire du mauvais esprit, tu me connais c’est pas le genre de ce blog, mais arme-toi de patience et d’alcool fort: il semblerait que nous n’en soyons qu’aux éliminatoires des championnats du monde du foutage de gueule.

Le Roi de la République française a lancé ses poulains dans la course mais il y a pas mal d’outsiders dans toutes les catégories en lice. Comme si c’était pas déjà assez insensé de faire la queue une heure par semaine en jouant à esquive-poignées/postillons, pour remplir son congélo de poisson pané et de steak haché, sans jamais trouver de farine parce que tout le monde se refait le meilleur pâtissier de France avec ses chiards dans la cuisine, il faut en plus qu’on se coltine les performances inédites de ces ersatz en bruit d’ambiance dès qu’on va scroller sur les réseaux.

Dans la catégorie mytho, Sibeth Ndiaye, qui nous a seriné pendant un mois que les masques ça servait à rien. Sibeth est née de la dernière pluie, elle ne connaît rien à rien, c’est ce qu’on lui demande d’ailleurs, car pour défendre la politique du Roi de la République sans rougir il faut tout de même être une bécasse Label Rouge. Elle crut dur comme fer sa coéquipière Agnès Buzyn qui nous affirma sans moufter que tel le nuage fameux, le virus s’arrêterait à la frontière, dégoûté par l’odeur putride de nos mille et un fromages, et se barrerait contaminer la mozzarella et la ricotta d’à côté sans effleurer notre système de santé qui de toute façon, était suréquipé en tout, surtout en masques, avant de se rétracter dans le Monde. Actrice studio.

Dans la catégorie criminel débutant, la team Edouard Philippe, qui interdit la vente des susdits masques aux particuliers, et la rationne pour tous les autres, ce sachant pertinemment que si la Corée et la Chine ont contenu l’épidémie c’est grâce à ces équipements, qui ne réquisitionne pas les entreprises et les labos pour fabriquer des tests de dépistage, et qui nous laisse deviner avec notre médecin traitant si on l’a ou si on l’a pas. Indice, si dans 9 jours tu ne peux plus respirer, sur une échelle de un à sept, c’est ça, et à neuf, tu meurs peut-être.

Dans la catégorie meurtrier confirmé, tout le ministère de la santé qui se félicite de l’héroïsme des soignants, en les envoyant jouer à la roulette russe avec le virus, qui fait parvenir en outre-mer des lots d’équipements périmés, avec un peu de chance là-bas ils ont pas la télé ils n’y verront que du foin? Des fois ça passe, des fois ça meurt (RIP la directrice des soins de Montfermeil), mais c’est bien connu que des soignants là on en a trop alors les dommages collatéraux hein…

Dans la catégorie inventeur d’eau chaude, Gerald Darmanin qui nous gratifie de ses fulgurances en appelant aux dons sur une « plateforme » pour que « tous ceux qui le peuvent » apportent « leur contribution à l’effort de solidarité de la nation envers les plus touchés », en disruptant sans s’en rendre compte (et c’est là qu’on frôle le génie) la définition de l’impôt, vestige d’une société d’entraide qu’il s’échine à saborder depuis le début de son mandat entre deux textos coquins à ses administrées.

Dans la catégorie cynique repenti: Edouard Philippe, qui, droit dans ses bottes affirme qu’il retiendra un jour de carence aux infirmiers, profs, et autres parasites générateurs de dette publique qui auront contracté le Covid dans l’exercice de leurs fonctions, avant de se dédire quand ses camarades lui font remarquer que ses semelles puent la merde.

Dans la catégorie Crasseux Vétéran, Bruno Lemaire, qui de sa plus belle voix flûtée suggère au CAC 40 d’y aller mollo sur les dividendes cette année alors que les caissières crèvent dans leurs HLM à Bobigny, mais vraiment hein, c’est comme vous voulez, avant de se ressaisir et frapper du petit doigt de pied sur la table. « Tousseux qui bénéficieront d’aides de l’état pour se maintenir à flots seront privés de trop de dividendes », assène-t-il finalement pendant les éliminatoires. Un peu comme le CICE qui ne devait pas servir à payer les patrons et les actionnaires.

Hors catégorie, Péniconne qui nous gratifie de ses balbutiements inaudibles pensant ainsi convaincre les maçons d’aller risquer leur vie pour empiler trois briques afin qu’Eiffage et conconsorts ne se crashent pas en bourse.

Alors, écoutez-bien bande de clowns: les aides publiques, on va les siphonner. Les nounous, les femmes de ménage, les fonctionnaires, les ouvriers au chômage technique, on va les payer avec nos impôts. On va se flanquer en droit de retrait, on va saisir les CHSCT, on va vous coller des saisines au cul pour se faire indemniser du préjudice d’angoisse et de l’insulte à notre intelligence que vous nous infligez de votre crasse médiocrité. On ne va plus rien laisser dans la tirelire pour vos potes les oligarques. S’il le faut, je me torcherai moi-même avec les billets qui restent.

Ce contenu a été publié dans (mauvaise) humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *